Portraits de rue: prendre une photo, c’est une histoire

Mandalay, 15/05/2011

Lausanne, place de la Riponne. Je prends un cliché de la Cathédrale, c’est le meilleur point de vue sur l’édifice de 700 ans d’âge. Un homme, furieux, me donne l’ordre d’effacer l’image que je viens de prendre. Très étonné, je ne comprends pas la raison de sa colère. Il me dit qu’il refuse d’être pris en photo. Je suis vraiment triste pour lui, en lui montrant mon cliché sur lequel on ne le voyait pas. Il est reparti toujours fâché mais peut-être aussi vexé.

Lorsque je prends des photos en Europe, je dois porter une attention particulière aux personnes qui pourraient figurer sur mes images (même en arrière plan).

Mais pourquoi donc les gens en occident sont aussi sensibles à leur image ?

Mandalay, 15/05/2011
cette vendeuse de café rapporte les plateaux à son stand,
elle m’a fixé longuement avant que je ne la prenne en photo.

En Asie, c’est très différent. Il m’est souvent arrivé que je sois abordé par des autochtones qui, voyant que je porte un appareil photo, m’ont demandé de leur tirer le portrait. Et alors, très souvent et avec beaucoup de fierté ils font la réflexion « ma photo va partir à l’autre bout du monde, on me verra dans des pays étrangers ». Il m’est souvent arrivé de collecter des adresses et de promettre d’envoyer le tirage par la poste. Je n’ai jamais manqué à ces promesses.

Regardez les 3 photos suivantes. J’étais à Schwebo, petite ville au nord de Mandalay… (c’était en janvier 2012)

Schwebo, 03/01/2012
Schwebo, 03/01/2012
Schwebo, 03/01/2012

Ces 3 photos ont été prises à Schwebo… je me baladais dans les ruelles du marché. Ces gens m’ont demandé de les prendre en photo, et en échange, ils m’ont offert du café et des samosas. Ensuite, ils ont appelé un indien qui tenait un magasin un peu plus loin, ils lui ont demandé d’écrire leur adresse sur un papier. (L’indien savait écrire en caractères romains, contrairement aux premiers qui ne connaissaient au mieux que l’écriture en coquillettes birmanes). Nous avons passé un long moment à discuter tous ensemble.

Je ne sais pas si mes photos sont arrivées par la poste. Il se peut que je retourne à Schwebo en novembre 2018, si ce marché existe encore, alors j’irai voir si ils se souviennent de moi comme je me souviens d’eux.

Mandalay, 02/01/2007
cette fière maman m’a demandé de prendre son bébé en photo

Voir et être vu

Je pense que lorsque l’on apparaît dans un espace public, on accepte qu’on puisse nous voir. Quand je prends des photos, je ne me cache pas dans un buisson, j’apparaît devant les personnes, et je vois très vite si ils acceptent ou non de poser pour moi. D’ailleurs, une photo avec des gens mécontents n’est jamais une bonne photo.

Aujourd’hui, les temps ont changés. Presque tout le monde a sur lui un téléphone capable de prendre des photos. Désormais, il arrive souvent que je doive poser pour des indigènes qui me trouvent « exotique ». Ces séances peuvent se prolonger, mais je suis patient parce que j’estime que les milliers de photos que j’ai prises au cours de mes voyages font que j’ai une dette.

Aujourd’hui la photo a un peu perdu de sa valeur, parce que tout le monde prend des photos de tout le monde, et tout le temps.

Ce matin (novembre 2018), une moniale m’a accosté dans la rue à Taunggyi (Myanmar), elle m’a posé quelques questions personnelles puis m’a pris en photo en me disant qu’elle voulait la mettre sur sa page Facebook. J’ai été amusé et flatté.

Mandalay, 15/05/2011
je vous promets que je n’y suis pour rien!


Prendre une photo ? non, je ne prends rien, j’emprunte !

Comme je retourne souvent dans les mêmes lieux, il m’est souvent arrivé d’imprimer mes photos, de rechercher mes modèles et de leurs offrir ces portraits pris par le passé. Quand je prends, il m’arrive de rendre. C’est un jeu très intéressant d’essayer de retrouver des inconnus plusieurs mois, voir plusieurs années plus tard. (Souvent je suis étonné de retrouver les gens exactement au même endroit).

En octobre 2017, je visitais une nouvelle fois la Pagode Mahamuni de Mandalay. En plus de voir la grande statue de Bouddha célèbre dans le monde bouddhiste, j’ai eu envie de retourner voir des sculpteurs sur bois que j’avais photographié en 2006 et en 2007. J’entame la conversation et j’explique que je suis venu ici il y a une dizaine d’année et qu’à ma dernière visite je leur avais apporté les photos que j’avais prises d’eux. Exclamation de joie : « Mais tu es le Suisse ! On a toujours tes photos à la maison ». Je leur rappelle que pour me remercier, ils m’avaient offert une petite statue en bois que j’ai toujours en bonne place chez moi. Ce jour-là je n’avais pas de photos à leur offrir, mais je suis reparti avec un nouveau petit cadeau en bois.

Mandalay, 14/05/2011

Alors même que les discussions sont souvent limitées à cause des barrières de la langue, j’ai envie de montrer à ceux que je prends en photo que je ne les ai pas oublié et que j’ai envie de savoir ce qu’ils sont devenus. Parce qu’un sourire échangé ne s’efface pas des mémoires aussi facilement.


Pour finir ce texte, voici une série de photos des gens à qui j’ai « rendu » leur portrait. Toutes ces photos sont des histoires.  Je vous ai mis une petite légende sous les photos, mais j’ai encore en mémoire les histoires de chacun, et certaines histoires mériteraient un post entier.

Keng Tung, 19/02/2008
Mister Yoghurt à Kengtung, très surpris, reçoit son portrait qui date de 2 ans plus tôt.
Keng Tung, 18/02/2008
Février 2008, cette dame regarde les photos que j’ai prises de son fils en mars 2006. Son fils est parti travailler à Taunggyi, elle ne l’a plus revu depuis longtemps.
Kyaing Tong, 17/02/2008
chez les couturières, c’est le moment de voir que rien n’a changé depuis ma dernière visite, pas même les machines
Kyaing Tong, 17/02/2008
Madame Onion porte exactement la même veste que 2 ans plus tôt.
Kyaing Tong, 17/02/2008
les habitants du quartiers essaient d’identifier les gens que j’ai photographié et m’indiquent dans quelles maisons ils vivent. Certains ont déménagé, certains sont morts.
Kyaing Tong, 17/02/2008
Mandalay, 10/05/2011
Mandalay, mai 2011. 5 ans se sont écoulés depuis mon dernier passage
Mandalay, 01/01/2006
Mandalay, mars 2006, la photo originale
Yangon, 17/05/2011
un jeune marchand de tabac et de bétel à Yangon, ravi de poser pour la deuxième fois.
Yangon, 25/02/2011le marchand de tabac et bétel, 3 mois plus tôt
Yangon, 17/05/2011
je suis retourné dans le même tea shop, mais comme je ne retrouvais pas le garçon au large sourire de ma photo (en-dessous), j’ai demandé à celui qui m’a apporté mon café si il le connaissait. J’ai cru qu’il allait tomber par terre, c’était lui-même!
Yangon, 24/02/2011
large sourire que je vais retrouver quelques mois plus tard (sur la photo précédente)

toutes les photos ©Fred Alix @Mynamar, entre 2006 et 2017

Publicités
Catégories Uncategorized

1 réflexion sur « Portraits de rue: prendre une photo, c’est une histoire »

  1. Quelle texte interessant. Je me rappelle bien que tu m’en avais parle. Ce matin meme quand je marchais j’ai vu un homme qui reparait un filet de peche. J’ai montre mon appareil et je lui ai demande si je pouvais le prendre en photo. Pas d probleme. Je ne sais si je reviendrai ici dans ce petit village du Mexique mais tu me donnes l’idee de faire comme toi. Demain c’est le marche, j’aimerais bien faire plus de photos mais je vais demander la permission au lieu de faire a la sauvette. Cette semaine il y a eu la parade de « dia de la revolucion », alors j’ai fait beaucoup de photos. Je vais surement en mettre quelques unes sur Flickr. J’aime bien prendre les photos des gens car ces gens font vraiment parti de notre voyage. Merci pour ce beau partage Fred.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close