Caodaïsme, une religion de synthèse

Vietnam spirituel

Pour vous parler de mon récent voyage au Vietnam, j’ai décidé d’aborder mes récits sous l’angle de la religion. Cela peut paraître étrange de décrire un pays officiellement communiste par son ancrage spirituel alors que 73% de la population actuelle se dit «sans religion».

Le Vietnam est une longue côte sur la mer de Chine, au carrefour d’une multitude de peuples, religions et croyances animistes. Les commerçants indiens ont amené l’hindouisme puis l’islam. Le Bouddhisme Theravada est arrivé du sud-ouest par le Siam. Arrivé par le nord, le Bouddhisme Mahayana se confond à une longue tradition de Taoïsme et de Confucianisme, héritage d’un millénaire de domination chinoise. Le Catholicisme est arrivé avec les premiers Européens au XVème siècle.

Dans ce premier texte, je vais vous parler d’une religion née au début du XXème siècle dans le Sud du Vietnam : le Caodaïsme, sorte de synthèse de toutes les religions.

Thay Ninh, 07/04/2018

Caodaïsme, religion humaniste

J’avais entendu parler d’une religion étrange appelée Caodaïsme, dont le Saint-Siège se trouve à 80 kilomètres au nord de la métropole qu’on appelait autrefois Saigon. Je me suis documenté sur eux et très vite j’ai compris qu’il me fallait aller passer quelques jours dans la petite ville de Tây Ninh pour voir et comprendre de mes yeux cette religion qui vénère à la fois Bouddha et Jésus, et qui place Victor Hugo, Louis Pasteur et Winston Churchill dans le Panthéon de ses Saints.

J’ai trouvé intéressant qu’une religion vénère des humanistes.

Thay Ninh, 06/04/2018

On reconnaît les églises caodaïstes à leur architecture avec deux tours frontales comme des clochers, l’œil de Cai Dai est représenté sur le devant et le style des tours arrières ainsi rappelle celui des mosquées. La façade est de couleur jaune-orange avec des motifs en rouge et en bleu. C’est Bouddha qui est installé à la place la plus haute sur la façade avant. Toutes les églises du Caodaïsme suivent rigoureusement la même architecture.

Thay Ninh, 06/04/2018

Tây Ninh, le Saint-Siège

Il faut moins de trois heures pour quitter la tumultueuse ville de Saigon (rebaptisée aujourd’hui Ho Chi Minh-ville) et rejoindre la très tranquille Tây Ninh. Le contraste est saisissant. On passe d’une overdose de bruit, de circulation et de pollution à une petite ville qui semble construite dans un jardin. Je pensais commencer par boire rapidement un café, mais je vais rester plus d’une heure sur la terrasse. Certains sièges ont été remplacés par des hamacs. Presque personne ne parle une langue étrangère, on nous sourit au passage.

Thay Ninh, 06/04/2018

Le Saint-Siège du Caodaïsme occupe un terrain de plusieurs hectares au centre de la bourgade. La Cathédrale longue de 107 mètres ressemble à une grande église romane très colorée. Tout autours, des champs et des petites maisons permettent à la congrégation de vivre en quasi autarcie. Des gardiens en habits Caodaï surveillent, ils portent des brassards aux couleurs de l’église, l’un d’eux m’invite à m’asseoir avec lui et m’offre un thé.

Thay Ninh, 06/04/2018

Fondation

Le Caodaïsme a été fondé dans le premier quart du XXème siècle dans le sud du Vietnam qui s’appelait alors la Cochinchine, partie de l’Indochine dominée par les colonisateurs français. Le Caodaïsme est une religion faisant une synthèse entre les trois grandes religions du Vietnam que sont le Confucianisme, le Taoïsme et le Bouddhisme. (Le terme est « religion syncrétiste »).

Voulue comme étant un pont unifiant toutes les religions du monde, il s’inspire largement du Christianisme, reconnaît aussi l’Islam et intègre le Culte des Ancêtres dans sa philosophie.

Un fonctionnaire vietnamien du nom de Ngô Van Chiêu, au service de l’administration française, passionné par les religions, commence à pratiquer le spiritisme avec ses collègues. Un esprit, qui dans un premier temps refuse de donner sa véritable identité, lui ordonne de créer une nouvelle religion. Nous sommes en 1921, Ngô Van Chiêu a 43 ans. Le petit groupe s’intéresse aussi à la franc-maçonnerie.

Thay Ninh, 06/04/2018

Le soir du 24 décembre 1925, comme à son habitude, le groupe de fonctionnaires fait tourner les tables. L’esprit se révèle sous le nom de Cao Daï (l’Être Suprême). Le Caodaïsme est né. L’Être Suprême sera désormais représenté par un œil ouvert sur un globe qui représente la terre. Depuis ce jour, « l’œil de Dieu » figure sur tous les autels de la jeune religion.

Ngô Van Chiêu ne veut pas devenir le premier Pape du Caodaïsme, il sera appelé « L’Ainé des Caodaïstes ». C’est Lê Van Trung, que les séances de spiritisme à fait renoncer à son athéisme, qui va devenir le premier Pape.

Thay Ninh, 06/04/2018

Philosophie

Le but de toutes les religions est l’amélioration de l’être humain, seule la pratique change en fonction des différences de culture et d’environnement. La synthèse voulue par le Caodaïsme veut reprendre les bases philosophiques des religions anciennes.

  • Du Confucianisme on retient l’importance du comportement moral, de la justice qui permet une vie sociale sans conflits.
  • Du Taoïsme, la recherche de la plénitude et de la sérénité par le détachement du monde et par l’humilité.
  • Du Bouddhisme, le besoin de mettre un terme à la souffrance par la compassion et la tolérance.
  • Du Christianisme, l’amour et la charité.
  • Et enfin du Culte des Ancêtres, cher aux peuples de tradition chinoise, le respect de la famille, la communion entre les vivants et les morts, la continuité.

Dans leur philosophie, les Caodaïstes placent les 5 règles morales du Bouddhisme (qui font également partie des 10 commandements chrétiens) : – ne pas tuer, ne pas voler, ne pas commettre d’impureté, ne pas mentir, ne pas boire d’alcool.

Thay Ninh, 04/07/2018

Ils placent le respect de la vie comme une priorité. Le respect des animaux se concrétise par un végétarianisme strict.

Le Caodaïsme enseigne le respect des arbres, « Nul n’ignore les services que nous rendent les arbres de toutes espèces. Bienfaiteurs silencieux de l’homme, ne blâmant ni son ingratitude, ni sa cruauté, ils abritent indifféremment de leur ombrage tous veux qui viennent s’asseoir à leur pied, le voyageur fatigué aussi bien que le bûcheron méchant. Les plantes constituent une véritable pharmacie naturelle où nous puisons toutes sortes de panacées propres à guérir nos maux. » (Joseph Nguyen Huy Lay, voir bibliographie)

Thay Ninh, 06/04/2018

Religion de synthèse

A l’entrée du terrain de plusieurs hectares qui forme le Saint-Siège de la religion à Tây Ninh, on peut lire : « Dai Dao Ky Pho Dô », qui veut dire « grande religion de la troisième révélation ».

La première vague de révélation correspond à Moïse recevant les dix commandements, et à tous les Prophètes de la Bible qui ont conversé avec Dieu. En Asie, à l’Empereur mythologique Fuxi qui est à la base de la culture chinoise est le premier être à avoir reçu la révélation divine.

La deuxième vague de révélations comprend le Bouddha Sakyamuni (qui est à l’origine du Bouddhisme), Lao Tseu (qui a fondé le Taoïsme), Confucius (pour le Confucianisme), Jésus-Christ (pour le Christianisme), Mahomet (pour l’Islam).

Et la troisième révélation au groupe de fonctionnaire de Cochinchine qui a fondé le Caodaïsme sur la base des religions du passé. Cette troisième révélation, accomplie par spiritisme est censée être le dernier grand rassemblement avant le Jugement Dernier. C’est pour cette raison que l’on qualifie souvent le Caodaïsme de religion « millénariste ».

Thay Ninh, 07/04/2018

« Le Caodaïsme se donne la mission de concilier et d’unir les différentes religions dans le même acte d’adoration et d’amour à l’égard de l’Être Suprême, du « Cao Daï ». La foi commune sauvera l’humanité de ses conflits et de ses discordes, dans la conciliation, et lui donnera l’ordre et la paix, dans l’union. » (Pierre Bernardini, voir bibliographie)

Dans les temples, au-dessus du grand autel sont placés par ordre alphabétique : Bouddha, Confucius, Jésus-Christ et Lao Tseu. Ils sont entourés par les Saints et les Génies.

Thay Ninh, 06/04/2018

Parmi les Saints, se trouvent Nguyen Binh Kiem, poète vietnamien célèbre pour avoir rédigé une série de révélation sur l’avenir, on le compare à Nostradamus. Sun Yat-sen, le fondateur de la République de Chine, et Victor Hugo écrivain humaniste français. Une fresque représentant ces trois Saints se trouve dans l’entrée de tous les temples Caodaïstes avec la mention : « Dieu et Humanité, Amour et Justice » (écrit en français, chinois et vietnamien ancien).

Notons au passage, que l’organisation sacerdotale est très structurée. Le Giao Tông (Pape)  est le chef de la religion. Deux collèges, l’un masculin et l’autre féminin assistent et administrent la religion selon une hiérarchie bien précise. Les dignitaires du collège féminin possèdent, à grade égal, les mêmes pouvoirs que leurs homologues masculins. Le grade féminin le plus élevé est celui de Cardinale.

Jeanne d’Arc figure dans le panthéon des Saints du Caodaïsme, elle y représente avant tout l’égalité hommes-femmes.

 Thay Ninh, 07/04/2018

Tây Ninh

J’ai passé deux jours dans la petite ville de Tây Ninh. Le territoire Caodaï est comme une ville dans la ville, entouré de murs et gardé par des fidèles qui portent des brassards. L’entrée dans la Cathédrale est possible mais se fait sous l’escorte d’un garde. Les femmes entrent par la gauche et les hommes par la droite. Seuls les religieux peuvent utiliser la porte principale. Il faut se déchausser à vingt mètres de l’entrée. A l’intérieur, on ne peut marcher que sur les côtés, les gardes montrent le carrelage sur lequel nos pieds (impurs) peuvent marcher et ne cachent pas leur impatience quand on avance lentement, mais jamais ils ne haussent la voix. A l’endroit le plus sacré se trouve une gigantesque sphère bleue sur laquelle est dessinée un œil, l’œil de Cao Daï. Des statues de Bouddha, Confucius, Jésus et Lao Tseu dominent la nef.

Thay Ninh, 06/04/2018

 Thay Ninh, 07/04/2018

Les cultes sont célébrés quatre fois par jour à minuit, six heures du matin, midi et six heures du soir. Les visiteurs doivent monter sur les galeries de l’étage pour regarder en silence. Les fidèles sont tous habillés de blanc avec des petites différences vestimentaires en fonction de leur ancienneté et rang dans la religion. Les femmes se placent sur la gauche et les hommes sur la droite. Tout le monde est en blanc à l’exception du groupe des hommes « sages » qui portent soit du jaune (en référence au Bouddhisme), du rouge (pour le Confucianisme) ou du bleu (pour le Taoïsme). Les femmes « sages » sont habillées de blanc mais sont rehaussées d’une grande capuche. Au centre de la galerie supérieure, un orchestre composé d’instruments traditionnels donne le rythme à la célébration faite de méditation et de prosternations.

Thay Ninh, 07/04/2018

A quinze kilomètres de Tây Ninh se dresse la montagne sacrée de Ba Den, haute de 996 mètres. Il s’agit d’un volcan éteint. Ce lieu de pèlerinage dédié à une divinité khmère attire un très grand nombre de visiteurs dont beaucoup viennent du Cambodge voisin.

Thay Ninh, 07/04/2018

Thay Ninh, 07/04/2018

Ambitions 

Dans les années 1930, les fondateurs du Caodaïsme font partie de l’élite vietnamienne proche du pouvoir colon, la masse des adeptes se recrute dans les classes ouvrières et paysannes soucieuses de faire partie d’une organisation structurée, forte et solidaire. La nouvelle église crée des écoles et un système de sécurité sociale. Dans une Indochine où la société indigène veut se reconstruire, le Caodaïsme se montre proche du peuple. Les Français observent d’un mauvais œil.

Les ambitions Caodaï n’ont jamais été très claires. Le pouvoir français est soupçonneux et prend son temps avant de reconnaître officiellement cette religion (La Fête de l’Avénement du 18 novembre 1926 est souvent vue comme l’agrément de l’autorité coloniale, or aucun document officiel n’a été signé avant 1934).

L’implantation du Saint-Siège à Tây Ninh à quelques dizaines de kilomètres du Cambodge cache à peine la volonté de créer  une religion transfrontalière, voir un nouvel Etat.

La proximité de la Montagne de Ba Den, lieu de pèlerinage khmère n’est pas un hasard. Dès 1926, des missionnaires vont recruter des nouveaux adeptes au Cambodge où la religion gagne du terrain malgré l’opposition royale.

La période sanguinaire des Khmer Rouges va donner un grand coup de frein à l’expansion du Caodaïsme au Cambodge.

Thay Ninh, 07/04/2018

L’armée Caodaï

Dès la fin de la deuxième guerre mondiale, la menace de voir le parti communiste de Ho Chi Minh prendre le pouvoir au Vietnam pousse les colons français à une alliance avec l’église caodaïste. Du côté Caodaï, Ho Chi Minh est l’ennemi communiste, il est du même bord que Mao Zedong qui a combattu l’héritage de Sun Yat-sen (l’ennemi de mon Saint est mon ennemi).

En janvier 1947, le Caodaïsme se réclame de plus de 2 millions d’adeptes, la France arme près de 2000 caodaïste, une armée religieuse a pris forme.

Pour beaucoup de fidèles, la création d’une branche armée n’est pas en conformité avec la philosophie de la religion. Le Caodaïsme fait face à un shiisme.

Thay Ninh, 07/04/2018Thay Ninh, 07/04/2018

En 1954 la France perd la bataille de Dien Bien Phu puis signe les accords de Genève. Le Vietnam est indépendant, mais séparé en deux. Le catholique (et pro-américain) Ngô Dinh Diên devient président du Sud. Au nord, le communiste Ho Chi Minh ne renonce pas à réunifier le pays sous sa doctrine.

D’abord opposé au président Diên, le Caodaïsme est désormais une armée de 25’000 soldats dirigée par le général Nguyen Thanh Phuong qui contrôle son territoire. En avril 1955, il se rallie aux forces gouvernementales du Sud-Vietnam du président Diên.

La guerre d’Indochine ne prend fin qu’en avril 1975 avec la victoire du Nord, communiste. Les religions sont placées sous un contrôle strict, la guerre est finie mais une période sombre commence pour beaucoup qui sont forcés à l’exile.

Les Caodaïstes agacent Ho Chi Minh en affirmant qu’ils suivent une idéologie beaucoup plus proche du peuple, plus « communiste » que lui. L’église ne sera pas interdite, mais la liberté de culte restreinte et sous la surveillance constante de l’état.

 Thay Ninh, 07/04/2018

Religion de révolution nationaliste

Je me pose une question. Si dans un premier temps j’ai vu un regroupement d’humanistes dans les Saints et Génies du Caodaïsme, je me demande si ils n’ont pas plutôt sanctifié ceux qu’ils voient comme des révolutionnaires dans l’histoire.

Parmi les 3 Saints, Nguyen Binh Kiem, le Nostradamus vietnamien a vécu au XVIème siècle une des périodes de guerre civile. Il était le conseiller de ceux qui ont repris le pouvoir et restauré la Dynastie Lê. Pour certains historiens, il était l’éminence grise, le réel pouvoir c’était lui qui le détenait.

Sun Yat-sen est celui qui a fait tomber le dernier empereur de la dynastie Qing en Chine. Il a crée le Kuo Min Tang (parti nationaliste chinois), placé le général Chang Kaï Check à sa tête et fondé la première République de Chine (c’est lui le premier révolutionnaire chinois). Rappelons que le Caodaïsme est né à la fin de l’année 1925, quelques mois après la mort de Sun Yat-sen. Son esprit se serait rapidement manifesté lors des séances de spiritisme organisées par les fondateurs de la religion.

Victor Hugo, qui fut royaliste dans la première partie de sa vie, va devenir défenseur des plus démunis et politicien républicain. Rejetant les extrêmes, il défend une voie du milieu qui voudrait que la société se refonde de l’intérieur. « La construction d’une société égalitaire ne saurait découler que d’une recomposition de la société libérale elle-même » écrit-il. Victor Hugo, alors exilé sur l’île de Jersey depuis le coup d’Etat de Louis Napoléon Bonaparte en France pratiquait le spiritisme. Il y aurait eu la vision qu’il allait devenir le prophète d’une nouvelle religion.

Pourquoi donc les Caodaïstes ont-ils choisi des hommes qui ont mené des combats contre l’autorité dans le désir de réformer la société ?

En 1925, dans l’Indochine française, la nouvelle classe de lettrés « à la française » veut affirmer son existence et se créer une identité nationale. Ils suivent par là l’exemple de Sun Yat-sen en Chine.

« Exacerbée par l’impossibilité de s’épanouir au sein du régime colonial et déçue dans son amour propre par l’ostracisme que lui manifestait le Gouvernement Général de l’Indochine, cette élite n’allait pas tarder à réagir. Son action allait revêtir toutefois des formes diverses: tentatives révolutionnaires et révoltes politiques, adhésion à des sociétés secrètes ou à des sectes. » (Pierre Bernardini, voir bibliographie)

En 1925, les Vietnamiens ont le sentiment d’un vide religieux:  Ils se méfient du Christianisme, religion du colonisateur. Ils se sentent dispersés dans plusieurs cultes dont les origines viennent de l’ancien occupant chinois. Beaucoup de Vietnamiens souhaitent élaborer une religion, une doctrine de foi qui lui soit propre, qui soit le ciment de cette identité nationale vietnamienne, ils s’orientent par conséquent vers un syncrétisme religieux.

Thay Ninh, 07/04/2018

Aujourd’hui

Selon les statistiques officielles du Vietnam (2014), le Caodaïsme compte 4,4 millions de fidèles au Vietnam, il s’agit de la troisième religion de pays après le Bouddhisme Mahayana et le Catholicisme. (Dans ce pays de 90 millions d’habitants, il faut compter 73% de non-croyants). On compte plus de 1200 églises caodaïstes, principalement dans le Sud du Vietnam (ancienne Cochinchine) et au quelques unes au Cambodge.


Bibliographie

Joseph Nguyen Huy Lai, La tradition religieuse spirituelle et sociale au Vietnam : sa confrontation avec le christianisme, Beauchesne, Paris, 1981

Bernardini Pierre, Le caodaisme au Cambodge ; Sous la direction de Pierre-Bernard Lafont, Thèse pour le Doctorat de IIIème Cycle, Université de Paris VII, 1974

Irvin Louaas, La Collaboration Franco-Caodaïsme au début de la guerre d’Indochine (1945-1948) : un part avec le diable?, IRICE, « Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin1 », 2015/1 N° 41 | pages 75 à 87 

 

toutes les photos ©fredalix, prises à Thay Ninh, Vietnam, avril 2018

Catégories VietnamÉtiquettes ,,,,,

2 réflexions sur « Caodaïsme, une religion de synthèse »

  1. Je vois que tu avais un but précis en allant au Vietnam. Ces photos sont fantastiques et ton recit aussi. Je ne crois pas que notre guide ( en 2014) nous ait parlé beaucoup de religion et evidemment on est pas allé à Tay Ninh qui semble un petit paradis. Le décor de ce batiment est somptueux. La philosophie de cette religion est belle. Le respect de la vie. Le respect des animaux ( vegetarisme) et pas d’alcool ( c’est effectivement pas nécessaire et peut devenir un poison ou une dépendance). J’ai lu récemment un livre qui explique ( par Wayne Dyer- un américain) ce que Lao-Tseu a écrit il y a très longtemps. C’est intéressant. 1200 églises caodaistes c’est beaucoup mais ils sont toutes dans cette region. Bref, je vois que ce fut une visite intéressante. Tu as eu le droit de faire des photos . Elles sont superbes. Merci de ce partage Fred.

  2. jeffandaurelie 1 juin 2018 — 18:23

    Hello ! J’ai pris plaisir à lire ton article qui est très chouette, tant au niveau des explications détaillées que toutes tes belles photos. Je ne connaissais pas du tout cette jolie religion, donc je me coucherai un peu moins bête ce soir ! Un sacré travail de recherche et d’écriture. Merci 😊

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close