La Communauté birmane de Chiang Mai

J’ai appelé ce post « la communauté birmane de Chiang Mai », mais c’est plus la relation du Lanna avec la Birmanie que j’ai voulu aborder. Une relation qui a enrichi son histoire et a rendu sa culture unique. Dans la deuxième partie du texte je vais parler des Birmans en exil qui se sont installés à Chiang Mai pour fuir la dictature militaire. Enfin, je vais vous proposer une galerie de portraits des birmans de toutes ethnies qui vivent ou ont vécu à Chiang Mai. Bonne lecture !


Chiangmai, 06/04/2014

Il était une fois un petit Royaume entouré de montagnes et de forêts dans les vallées de la Ping et de la Kok. Le Lanna et la citadelle royale de Chiang Mai ont été fondé par Mengrai en 1296. Cette population de Taï Yuan, Taï Lü et Taï Yaï domine un carrefour marchand important entre les géants que sont la Chine et l’Inde.

Trois siècles plus tard, les rois descendants de la dynastie Mengrai ont perdu leur influence au profit de la bourgeoisie. A l’ouest, le roi de Birmanie est décidé de recréer un état puissant comme du temps de Bagan. Il conquiert les principautés Shan et le Lanna en 1558. Le roi du Lanna, tente de s’enfuir mais il est arrêté et meurt dans une prison de Bago (Birmanie). Étonnamment, ce dernier représentant de la dynastie Mengraï devenir un des 37 esprits sacrés de Birmanie : un Nat, sorte de Saint dans le bouddhisme birman.

Il s’en suit 250 ans d’histoire pendant lesquelles le Lanna paie son tribu au roi de Birmanie et continue sa vie de plaque tournante commerciale.

Le Lanna est conquis par Gawila

En mars 1796, Gawila et son armée entrent triomphalement dans l’ancienne forteresse abandonnée de Chiang Mai. Ce prince de Lampang a été appointé par le roi du Siam pour prendre le Lanna.

En 1802, le roi du Siam investi Gawila comme Prince du Lanna. Contrairement à ce que disent certaines histoires, il n’est pas devenu roi, au mieux il serait devenu Viceroy.

Chiang Mai, 13/04/2011
communauté birmane à Chiang Mai au temple birman Wat Sai Moon

La première mission du gouverneur Gawila est de restaurer l’aristocratie au Lanna. Il place ses frères aux commandes des grandes villes et chasse les Birmans. Afin de repeupler Chiang Mai, il déplace les populations des montagnes et les installe en ville le long du canal de la Mae Ka entre la rivière Ping et la porte Tha Pae. Aujourd’hui encore, ces quartiers sont peuplés par des Akkhas, des Karen et des Tai Yai.

Les Shan, ou Taï Yaï

En 1892, le Siam renonce à conquérir les Etats princiers Shan, au profit des Britanniques. Le Lanna a désormais une frontière nord bien établie, qui la sépare d’avec ses « cousins Shan ».

Les Shan, que l’on appellent aussi Taï Yaï, sont historiquement et culturellement les cousins des Lanna. Ils vivent dans des principautés plus au nord. Ils ne sont pas Birmans mais vivent sous leur domination depuis plusieurs siècles. A Chiang Mai, la communauté Shan a toujours été importante et se fond dans la population locale puisqu’ils partagent une grande partie de leur culture.

Chiang Mai, 04/04/09
communauté Shan à Chiang Mai au temple Wat Ku Tao pendant le festival d’ordination des jeunes novices (Pay San Long)

Beaucoup de Shan à Chiang Mai sont des frontaliers, ils descendent en ville pour travailler quelques mois avant de rentrer chez eux avec l’argent gagné.

Les temples de Wat Pa Pao et Wat Ku Tao sont des centres communautaires de la communauté Shan de la ville.

"être à cheval sur les traditions" - Chiang Mai, 04/04/2009
communauté Shan à Chiang Mai au temple Lok Moli pendant le festival d’ordination des jeunes novices (Pay San Long)
Chiang Mai, 04/04/2009
communauté Shan à Chiang Mai au temple Wat Ku Tao pendant le festival d’ordination des jeunes novices (Pay San Long)
Chiang Mai, 5/04/2009
communauté Shan à Chiang Mai pendant le festival de Pay San Long

De nombreux Shan et Birmans s’établissent au Lanna pour le commerce du teck. On doit à cette époque la construction de très belles maisons et temples de style birman notamment à Lampang et Phrae.

La dynastie de Gawila va gouverner le Lanna-nouveau jusqu’à son annexion complète par le Siam.

En 1886, la fille du Prince régnant du Lanna, la Princesse Dara Rasmee est envoyée à Bangkok pour épouser Rama V, roi du Siam. Elle devient à 13 ans une des 100 concubines royale. Au palais, elle doit partager sa chambre avec seize autres femmes. Alors que la mode est aux cheveux courts, Dara Rasmee garde ses cheveux longs et continue à porter le « Phasin » (jupe) aux motifs du Lanna. Les autres concubines se moquent d’elle en l’appelant « la birmane », c’est une insulte.

En 1899 l’aristocratie du Lanna perd ses privilèges, la région est administré directement depuis Bangkok. En 1903 un camp militaire siamois permanent est construit, il prend le nom de « Fort Gawila ». En 1939 le dernier prince-viceroy du Lanna meurt, le trône est supprimé.

En 1914, la Princesse Dara Rasmee, dont l’époux Rama V est décédé obtient l’autorisation de rentrer à Chiang Mai pour prendre sa retraite. Elle va s’installer à Mae Rim et va consacrer sa nouvelle existence à la remise en valeur du patrimoine culturel du Lanna.

Chiang Mai, 13/04/2012
jeunes Shan (Taï Yaï) qui s’amusent à poser pour moi au temple Wat Sai Moon, Chiangmai.

Une historienne spécialiste de l’histoire du Lanna m’a dit un jour : il n’y a pas 36 époques dans l’histoire du Lanna, il n’y en a que deux : avant et après l’annexion par Bangkok.

Cet « avant et après » marque un changement dans la culture du Lanna. Autrefois tourné vers la Birmanie et l’Inde, aujourd’hui tourné vers la Thaïlande et la Chine. La langue du Lanna « kham muang » n’est plus utilisée à l’école au profit du « thaï-central » (langue de Bangkok). Si les gens continuent de parler le « kham muang » entre eux, la langue écrite a aujourd’hui complètement disparue. Les gens du Lanna sont devenus illettrés dans leur propre langue en moins de deux générations.

Avec la récente résurgence de la culture Lanna à des fins touristiques, on a remis à l’honneur certains aspects de l’architecture et on a donné des lettres de noblesse la gastronomie du Nord. Toutefois, on ne mentionne presque jamais que cette culture et cette architecture et cette gastronomie tient ses origine de la Birmanie.

Chiang Mai, 14/03/2021
Le Khao Soi est un plat typique du « nord de la Thaïlande » nous dit-on. Or cette soupe de curry jaune est bien originaire du Pays Shan.

Il faut aussi mentionner les ombrelles en papier de riz fabriquées à Bo Song (à l’est de Chiang Mai) qui sont des copies parfaites des ombrelles birmanes de Pathein. Et n’oublions pas les laques, il suffit d’aller se promener chez les artisans de Baan Tawaï (sud de Chiang Mai) pour se rendre compte que tout le style et le savoir faire est un héritage birman. – pendant les 250 ans où le Lanna était dominé par la Birmanie, beaucoup d’artisans ont voyagé, les échanges culturels étaient intense.

Au début du XXème siècle, alors que de nombreux temples du Lanna ont voulu de nouvelles peintures murales, ils ont fait appel aux artistes Shan qui ont su recréer le style Lanna.

La Birmanie indépendante devient une dictature.

En 1948, la Birmanie accède à l’indépendance. Les anglais se retirent et le danger qu’ils colonisent la Thaïlande disparaît. Les birmans ne sont plus des citoyens britanniques potentiellement dangereux, la relation se détend.

En 1962, le général Ne Win prend le pouvoir en Birmanie et instaure la première dictature militaire dans le pays. La Thaïlande voit arriver ses premiers réfugiés.

En 1988, d’importantes manifestations demandent le départ du Général Ne Win. On compte des centaines, voir des milliers de morts !

Aug San Suu Kyi, fille du héros de l’indépendance, fonde la Ligue Nationale pour la Démocratie. En 1990, les militaires organisent des élections libres, pensant que leur parti, le National Unity Party allait l’emporter. Mais la LND de Aug San Sur Kyi remporte une victoire écrasante. Les militaires invalident l’élection et assignent Aug San Sur Kyi à résidence.

Les principaux leaders de la LND sont arrêtés, certains réussissent à s’enfuir. La liberté d’expression n’existe plus, la presse est entièrement censurée, il n’est plus permis de mentionner même dans une conversation privée le nom de Aug San Suu Kyi et de son parti politique. Beaucoup d’intellectuels se tournent vers l’exil.

Chiang Mai, 08/03/2008
portrait de Aug San Suu Kyi, par l’artiste Htein Lin qui a passé 7 ans en prison à Mandalay à cause de ses peintures.

Chiang Mai, capitale des birmans en exile

En 1992, des journalistes birmans en exile à Stockholm fondent la chaine de télévision DVB (Democratic Voice of Burma). Plusieurs journalistes de la DVB sont basés en Thaïlande et notamment à Chiang Mai.

Pourquoi avoir choisi ChiangMai ? Parce que c’est une grande ville proche de la mère patrie, mais peut-être surtout parce que c’est la ville la plus birmane en dehors de Birmanie.

En 1993, le journaliste Aug Zaw fonde le premier magazine birman complètement indépendant : The Irrawaddy. La rédaction est installée à Chiang Mai.

Durant ces années d’absence de liberté d’expression en Birmanie, et de violente répression, Chiang Mai devient le centre de l’intelligentsia birmane en exil. Ils forment avec les réfugiés économiques la communauté birmane de Chiang Mai. Ils côtoient les populations Shan qui vivent des deux côtés de la frontière thaï-birmane depuis que l’ancien colon britannique a imposé une ligne de frontière claire.

Chiang Mai, 08/08/2008
Exposition célébrant le 20ème anniversaire des manifestations pro-démocratie du 8/8/88. Cette exposition a été présentée par la galerie de Mar Mar à Chiang Mai le 8/8/2008. De nombreux journalistes birmans étaient présents.

En 1993 est également fondé le temple Wat Sai Moon Myanmar sur un terrain attenant au vieux temple Wat Sai Moon Muang qui est le centre communautaire des populations Akkha, Karen et Shan. Le Wat Sai Moon Myanmar est un temple dévolu à la communauté birmane dans son ensemble le plus large.

Pendant plusieurs décennie, la vie culturelle de Chiang Mai est marquée par la présence de ces populations tournées vers la Birmanie avec quelques galeries d’Art, et des centres culturels.

Chiang Mai, 19/03/2008
l’artiste Htein Lin au centre, à la galerie de Mar Mar (à droite)

En 2007, un film documentaire appelé « Burma-VJ » raconte le soulèvement de 2007 contre la junte militaire birmane. Dans ce documentaire, on assiste depuis Chiang Mai à la révolte des moines birmans. Le film présente les relations quotidiennes des vidéo-reporters ambulants au coeur des événements avec leurs redactions en exil. (Plusieurs reporters que l’on voit dans ce film ont été arrêtés et emprisonnés).

Dans la galerie d’art tenue par Mar Mar, je rencontre de nombreux birmans en exil, des anciens combattants des armées indépendantistes karen et shan, et des journalistes qui se mélangent aux artistes.

Mar Mar offre une boutique aux artistes birmans qui sont restés au pays. Beaucoup des peintures exposées à Chiang Mai ne pourraient pas l’être en Birmanie pour cause de censure.

Chiang Mai, 16/09/2009
L’artiste dessinateur de presse Harn Lay qui a caricaturé l’actualité pendant de nombreuses années pour le magazine Irrawaddy répond à un interview de la DVB (Democratic Voice of Burma).

Renouveau démocratique

En 2012, la censure a été abolie en Birmanie et les prisonniers politiques libérés dont leur leader la charismatique Aug San Suu Kyi. A partir de ce moment, les exilés rentrent au pays. Le magazine Irrawaddy déménage à Yangon, les reporters indépendants mais aussi des milliers de travailleurs immigrés quittent Chiang Mai.

Chiang Mai, 13/04/2012

Retour de la dictature

Le 1er février 2021, l’armée reprend le pouvoir, les dirigeants élus sont mis en résidence surveillée ou en prison. Un vaste mouvement de désobéissance civil s’installe dans toute la Birmanie. Les militaires répondent par la violence. La frontière thaï-myanmar déjà fermées en 2020 à cause du coronavirus semblent désormais fermées à double tour. « L’avenir est sombre » me confie un ami birman qui a été militaire dans sa jeunesse.

Galerie de portraits

Le temple Wat Sai Moon Myanmar à Chiang Mai est le temple de la communauté birmane dans son ensemble le plus large. Les photos qui suivent ont été prises dans ce temple en 2011 et 2012 lors de la préparation au festival de Songkran.

Chiang Mai, 13/04/2011
la matinée complète est consacrée à la préparation
Chiang Mai, 13/04/2011
Un Karen aide un Shan à s’habiller
Chiang Mai, 13/04/2012
un homme Karen entouré de Chin, Kachin et Shan
Chiang Mai, 13/04/2012
Chiang Mai, 13/04/2012
Chiang Mai, 13/04/2012
Chiang Mai, 13/04/2012
Chiang Mai, 13/04/2012
femme Pao (gauche)
Chiang Mai, 13/04/2012
Shan
Chiang Mai, 13/04/2012
Chiang Mai, 13/04/2011
mère et fille
Chiang Mai, 13/04/2011
Moment de prière avant de partir pour la parade.
Chiang Mai, 13/04/2011
Femme Kachin montant dans un « Rot’deng » (les taxis rouges sont des taxis collectifs une des emblèmes de Chiang Mai)
Chiang Mai, 13/04/2012
Kachin
Chiang Mai, 13/04/2012
N’oublions pas les photos de groupe!
Chiang Mai, 13/04/2012
Chiang Mai, 13/04/2012
Chiang Mai, 13/04/2012
La communauté birmane pose devant le temple Wat Sai Moon, ils ont passés la matinée à se costumer et vont aller rejoindre la grande parade du festival de Songrkan. Cette parade regroupe toutes les communautés de a ville et va traverser Chiang Mai sous des pluies d’eau purificatrice.
Chiang Mai, 13/04/2012
Kachin
Chiang Mai, 13/04/2012
Chin
Chiang Mai, 13/04/2012
Bamar
Chiang Mai, 13/04/2012
Chiang Mai, 13/04/2012
Chiang Mai, 13/04/2012
Chin, Kachin, Shan

Chiang Mai, 13/04/2012
Kachin

* Je veux ajouter que si seul la langue thaï-centrale est langue officielle dans tout le pays, aujourd’hui il est possible de prendre des cours de Kham Muang (langue du Lanna) à l’université de ChiangMai (CMU).

Le texte et toutes les photos © Frédéric Alix, prises à Chiang Mai en 2011 et 2012 pour le temple Wat Sai Moon et 2009 pour le festival Shan à Wat Ku Tao et Wat Pan Tao.

Si vous avez remarqué une ou plusieurs bêtises dans mon texte, je serai heureux de lire vos remarques en message privé. Si vous avez aimé ce post, vous pouvez le partager. Si vous avez détesté, oubliez tout.

Merci d’être arrivé au bout.

Catégories Uncategorized

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close