petit tour d’Issan en 2020

Fin octobre 2020, je grimpe sur ma petite moto et je pars en direction de l’Issan, région du Nord-Est de la Thaïlande. Un voyage d’environ 4000 kilomètres en 3 semaines.

Loei, 01/11/2020
suivre le cours du Mékong sur près de 600 kilomètres a été un des moments forts de ce voyage

célébrer Loy Kratong entre Nord et Nord-Est

28 octobre, Sukhothaï

Le voyage commence avec la célébration de la fête de Loy Kratong, la fête des lumières que l’on envoie flotter sur les eaux. Ma première escale est la ville historique de Sukhothaï. En temps normaux, le festival de Loy Kratrong à Sukhothaï attire les foules, mais cette année est particulière et j’ai la chance de pouvoir assister au spectacle son et lumière gratuitement.

Sukhothai, 26/10/2020
Sukhothai, 28/10/2020

31 octobre 2020, Loei

Fortes pluies sur toute la région, j’essaie de passer entre les gouttes, et par chance mon poncho me protège bien quand je roule. En arrivant dans la province de Loei, on peut dire que j’entre dans la région d’Issan. Les gens de Loei se considèrent comme étant à la fois de la culture du Nord et du Nord-Est. Loei est une province montagneuse avec le Mékong qui coule au nord. Le Mékong marque la frontière d’avec le Laos.

Chiang Khan, 31/10/2020
La rivière Huang se jette dans le Mékong, sur l’autre rive est le Laos.

Je décide de passer la nuit dans le village de Chiang Khan. Ce gros bourg était encore méconnu il y a dix ans. Jusqu’à ce que les locaux mettent en avant leur héritage architectural: des dizaines de maisons en bois alignées sur la rive du Mékong. En deux-trois ans, le village endormi s’est métamorphosé et toutes les petites maisons en bois sont devenues des maisons d’hôtes.

C’est aujourd’hui un jour férié puisque c’est la pleine lune de Loy Kratong. J’ai beaucoup de peine à trouver un logement à un prix raisonnable. Les rues débordent de citadins venus se prendre en photo. Il n’y a rien de vraiment charmant à ce spectacle mais je m’amuse malgré tout.

Chiang Khan, 31/10/2020
J’aime particulièrement ce petit temple avec ses peintures murales.
Chiang Khan, 31/10/2020
Peintures murales de la vie quotidienne mélangée aux aux temps anciens.
Chiang Khan, 31/10/2020
Depuis quelques années, ils ont aménagé une promenade le long du Mékong
Chiang Khan, 31/10/2020
Le soir, j’assiste au concours du plus beau Kratong.
Chiang Khan, 31/10/2020
Le jury en pleine évaluation
Chiang Khan, 31/10/2020
Les danses traditionnelles de Loei sont un mélange entre les styles Lanna et Lao.
Chiang Khan, 31/10/2020
Instruments Issan dont le Kaen, sorte de flute de pan, qui est un des symbole de la région du Nord-Est.

la descente du Mékong

1er novembre, Chiang Khan

Les milliers de touristes venus des villes sont dans la rue pour participer à la traditionnelle marche des moines qui acceptent les aumônes en échange d’une bénédiction. Beaucoup de ces citadins branchés en profitent pour se prendre en selfie pour montrer qu’ils gagnent des mérites dans le grand jeu du karma.

Chiang Khan, 01/11/2020
Chiang Khan, 01/10/2020
le donateur filme sa bonne action avec son téléphone portable installé sur un trépied.

Je reprends la route 211, une des plus belle du pays (à mon avis). Elle suit le cours du Mékong sur la rive droite. Le Laos est sur la rive gauche, les montagnes verdoyantes sont partout !

Loei, 01/11/2020
Loei, 01/11/2020
Chiang Khan, 01/10/2020

2 novembre, Buen Khan

Après une nuit à Nong Khai, c’est par la route 212 que je continue mon chemin en aval du Mékong. Je fais un arrêt au point où le fleuve est le plus étroit.

Bueng Khan, 02/11/2020
Ici le fleuve n’est large que de quelques dizaines de mètres.

3 novembre, Buen Khan

Ce matin, je grimpe sur une colline rocheuse où un temple a été construit. La vue sur la plaine est impressionnante. J’ai la bonne idée de commencer l’escalade tôt le matin, parce qu’après 9 heures il fait déjà trop chaud.

Bueng Khan, 03/11/2020
Bung Khan, 03/11/2020

En fin d’après-midi j’arrive dans la ville de Nakorn Phanom.

4 novembre, Nakorn Phanom

J’ai suivi le fleuve Mékong sur environ 550 kilomètres. Ce matin, une nouvelle fois je peux admirer le lever du jour sur le fleuve, les pêcheurs et le Laos voisin sur l’autre rive. Le Laos est d’autant plus distant que depuis le début de la pandémie toutes les frontières sont fermées.

Nakon Phanom, 04/11/2020
Nakorn Phanom , 04/11/2020
Nakon Phanom, 04/11/2020
sur la rive opposée on voit le région du Laos appelée Thakek, connue pour ses reliefs karstiques.
Nakon Phanom, 04/11/2020
Le serpent Naga est un symbole de la culture lao, la légende dit qu’il vit dans les eaux du Mékong
Nakorn Phanom , 04/11/2020
Venir montrer son respect au serpent Naga permet de passer la nouvelle journée sous de bons auspices

les That sacrés

En Issan du nord (de culture lao), les stupas prennent le nom de That, ils ont une base rectangulaire ils sont longs et pointus. La région de Nakorn Phanom est connue pour ses huit That sacrés. Je me suis mis en tête d’aller les visiter. Mon itinéraire me permet d’en voir cinq.

Nakorn Phanom, 03/11/2020
Wat Mahathat, ou That principal est à Nakorn Phanom

Pour ceux que ça intéresse, mais je doute que ce soit le cas, les 8 That sacrés de la région de Nakorn Phanom sont : Wat Prathat Phanom, Wat That Renu Nakorn, Wat That Si Khun, Wat That Mahachai, Wat That Maruka Nakorn, Wat That Prasit, Wat Prathat Uthen, Wat Tri Phum.

Maruk Nakorn, 04/11/2020
Le That Maruk protegé par des serpents Naga à cinq têtes

Alors que j’entre fièrement avec ma petite moto dans le temple de Maruk Nakorn, une localité perdue sur la carte, j’ai la surprise de me parquer à coté d’une moto Honda comme la mienne qui porte elle aussi des plaques de Chiang Mai! Je ne suis donc pas le seul à avoir fait les plus de mille kilomètres jusqu’ici.

That Phanom, 04/11/2020
perpétuellement en rénovation et agrandissement, les temples ne sont pas figés dans le passé ils sont le centre de la communauté.
Renu Nakorn, 04/11/2020
Partie tellement typique du That qu’il est impossible de les différencier les uns des autres, ici c’est celui de Renu Nakorn et vous devez me croire sur parole parce qu’il est absolument identiques aux autres!
Renu Nakorn, 04/11/2020
Le Wat Renu Nakorn a été rénové en 2005, en effet lors de ma dernière visite le That était recouvert d’un échafaudage de bambou.
That Phanom, 04/11/2020
That Phanom est le plus sacré de tous. En plus, il figure sur la liste des 12 temples sacrés du Lanna comme étant le temple dévolu aux natifs du singe.
That Phanom, 04/11/2020
Le That Phanom attire des centaines de pèlerins tous les jours.

Avec ce tour des That, je clos ma descente du Mékong que j’ai suivi sur environ 600 kilomètres. Je me dirige maintenant vers la province de Roi Et, au centre de la région d’Issan.

Roi Et, 05/11/2020
Au centre de la ville de Roi Et se trouve une statue géante du Bouddha. On voit cette statue à des kilomètres à la ronde.

peintures murales : ici, le sacré vient de la communauté

5 novembre, Roi Et

Je passe la journée à me promener dans la ville. Je vais admirer les peintures murales sur le Viharn du temple Klang Ming Muang. Ces peintures un peu naïves contrastes avec les dessins cosmologiques que l’on voit habituellement sur les temples du Siam. Elles contiennent des mélange de mythologie et d’histoires locales. C’est ce qui va m’occuper les prochains jours.

Roi Et, 05/11/2020

6 novembre, Roi Et

Je fais un petit crochet à mon itinéraire pour aller me promener dans un grand centre de méditation. Le temple en lui-même est une réplique de celui de Boroboudour en Indonésie.

Roi Et, 06/11/2020

le même jour, province de Mahasarakham

Je me suis dessiné un circuit qui me permet de visiter six petits temples isolés dans des villages de l’Issan profonde. Ces temples ont en commun d’avoir les murs extérieurs peints. Ces style de dessins sont typiques de la région. Plutôt que d’avoir mis en avant la cosmologie bouddhiste, ils ont peint des fresques dans lesquelles les légendes se mélangent aux histoires de la communauté locale. Je ne vais pas développer ce sujet aujourd’hui, je le ferai dans un prochain post.

Maha Sarakham, 06/11/2020

7 novembre, Khon Kaen

Il n’y a rien de pire au monde que les grandes routes qui traversent l’issan. ces grandes artères attirent les fous du volant qui slaloment entre des énormes camions. Quitte à faire des détours, je choisi des routes de campagne : je sinue entre les villages, empruntant des chemins de terre, saluant des vaches au passage, je rejoins la grande ville de Khon Kaen au centre de l’Issan.

Khon Kaen, 07/11/2020
Les vaches de la race de Khon Kaen que l’on reconnait à leurs oreilles pendantes. Contrairement aux autres régions de Thaïlande où beaucoup de gens ont fait le voeux de respecter les vaches sacrées, en Issan on mange du boeuf. Le marché au bétail de Khon Kaen est un des plus important de la région.

8 novembre, Khon Kaen

A une vingtaine kilomètres de la ville de Khon Kaen je visite le sixième temple riche de peintures murales naïves. Une nouvelle fois, je suis étonné par le style brut et sans tabou des artistes.

Khon Kaen, 08/11/2020

Je ne vais pas aller visiter le village qui élève des cobras, j’ai une peur panique des serpents et je n’ai pas mis le masochisme au programme de ce voyage.

9 novembre, Udon Thani

Udon Thani est une des plus grande ville d’Issan, certainement la plus connue des expatriés, elle a été une base militaire importante pendant la guerre froide. Les américains faisaient décoller leurs avions depuis Udon pour aller bombarder le Vietnam et le Laos.

J’ai très souvent traversé Udon, mais je n’y avais jamais passé la nuit. J’occupe ma journée d’aujourd’hui à me promener dans cette ville qui n’est pas belle, (comme beaucoup d’autres villes du pays) et où je ne trouve aucun charme particulier sinon la possibilité de manger une cuisine occidentale dans le quartier dévolu aux expats.

Udon Thani, 09/11/2020
Sur des centaines d’hectares un temple gigantesque est en construction à proximité d’Udon. Ce temple est dévolu au souvenir du moine Lungta Maha Boowa décédé il y a 10 ans. Son architecture me fait plus penser à une église chrétienne qu’à un temple bouddhiste.
en orange : mon itinéraire simplifié

10 novembre, Loei : la boucle est bouclée, entré en Issan par Loei, c’est par ici que je vais en sortir. Je repère un petit lac au-dessus de la ville, c’est un endroit très calme qui semble attendre les visiteurs du week-end. Des maisons flottantes peuvent se transformer en place de pique-nique.

Loei, 10/11/2020
petit lac dans la région de Loei

Alors que je quitte la région d’Issan, je fais encore une halte à Uttaradit, puis à Phrae. Le 14 novembre je suis de retour à Chiang Mai.

Catégories issan, Thaïlande

1 réflexion sur « petit tour d’Issan en 2020 »

  1. un autre beau voyage pour decouvrir ton pays… Merci de partager Fred

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close