Voyage en pays Chin – 3. Chin national Day

Au Nord-Ouest du Myanmar, le petit état Chin compte à peine 500’000 habitants dans une région entièrement montagneuse. Il n’est devenu une zone unifiée qu’en 1948. Avant cette date, la région était habitée de peuples qui coexistaient dans des rapports tantôt de bon voisinage, tantôt de guerres de clans. Ma première surprise en parcourant cette région en février dernier a été d’apprendre que chaque clan a, aujourd’hui encore, sa propre langue ou son propre dialecte, qu’il n’existe pas une langue unique pour l’Etat. – (surprenant ? pas tant que ça quand on est né en Suisse.)

Teddim, 20/02/2019
sur les routes poussiereuses

J’ai beaucoup aimé écouter la langue de Hakka à Hakka et celle de Falam à Falam, mais je ne vais pas vous faire croire que j’ai entendu une différence entre elles. Je trouve ces langues très mélodiques, elles se prêtent bien au chant, les sonorités ne sont jamais rugueuse mais semblent couler comme de l’eau sautillant sur le lit d’une rivière.

Le 19 février, j’arrive dans la bourgade de Teddim. La route a été pénible, en plus de craindre de me retrouver sous un orage (qui n’a jamais éclaté, merci!), ma moto a du sauter sur les cailloux d’une piste inondée sous un flot de poussière. Ainsi pour les 20 derniers kilomètres, j’ai mis 2 heures et suis arrivé à destination avec des habits recouverts d’une épaisse couche brune.

Falam-Teddim road, 19/02/2019
la route entre Falam et Teddim
Teddim, 19/02/2019
En route pour Teddim, le Mont Kennedy, 2703 mètres d’altitude est le 2e plus haut sommet de l’Etat Chin.

Je trouve enfin un petit restaurant qui sert encore des soupes en ce milieu d’après-midi. A la table voisine j’écoute un homme et ses deux fils discuter entre eux. Tout de suite, à les écouter, je me dis qu’ils ne sont pas d’ici et je crois même reconnaître des accents birmans dans leur langue. Fier de ma découverte de linguiste en herbe je leur demande d’où ils viennent. – On est d’ici! de Teddim, me répond le fils dans un bon anglais. Ma jeune carrière de linguiste a pris fin rapidement. Je leur explique que je n’avais pas encore entendu des accents comme les leurs depuis le début de ma traversée de l’Etat Chin. Ils éclatent de rire, et m’apprennent que la langue de Teddim est très différente de celle de Hakka et Falam et qu’il est normal que je n’en ai rien reconnu des sonorités. Ici les habitants sont issus des clans ZoMi, ou MiZo. Ouf! J’ai un avenir dans la linguistique.

Teddim, 19/02/2019
Teddim, vue depuis la route en arrivant
Teddim, 19/02/2019
Teddim, vue depuis le salon du Guesthouse

En route pour Rhi, ville frontière

La route pour Rhi’khawdar n’est longue que de 30 km, mais il faut plus de trois heures pour la parcourir sur ma petite moto. A la saison des pluies, elle n’est praticable que par les experts de la route, qui peuvent mettre jusqu’à deux jours.

Teddim, 20/02/2019
La longue, interminable piste pour rejoindre Rih.
Mizoram, 20/02/2019
Encore quelques kilomètres et je vais arriver à la ville frontière. Je parque péniblement ma moto sur le chemin de cailloux dans la descente, et je regrade l’Inde de l’autre côté de la rivière.

Rhi’khawdar, ville frontière, émotion de me retrouver à un ruisseau de l’Inde. Je passe la soirée sur une terrasse à observer le pont frontière. A ma table, le douanier vient sympathiser. Il est 18h passée et la frontière est fermée. Cela n’a pas interrompu le flot des Indiens qui quittent le Myanmar pour rentrer chez eux en Inde après une journée de travail. Ceux qui n’arrivent pas à sauter par dessus les barrières peuvent se faufiler dans un trou de grillage alors que d’autres choisissent de traverser le ruisseau à pieds. C’est devant cette scène que je trinque avec le douanier.

Rih, 20/02/2019
Ce pont est le passage officiel pour traverser entre le Myanmar et l’Inde.

Plus tard, au Guesthouse où je loge, assis devant ma chambre, je sympathise avec un groupe de birmans d’origine indienne qui vivent à Yangon. Ils sont en déplacement pour faire du commerce. Ils vendent aux Indiens les noix de cajous birmanes et achètent des produits indiens telles que des cigarettes et de l’alcool qu’ils revendront aux frontières de Tachilek et Myawaddy (frontières d’avec la Thaïlande). J’apprends au passage que le Guesthouse où je loge est une plaque tournante du commerce de la noix de cajou.

Le commerçant se plaint de la difficulté et de la longueur du trajet pour arriver jusqu’ici. Je lui demande pourquoi il ne va pas à la frontière de Tamu plus au nord, qui n’est qu’a deux heures de route de l’aéroport de Kalay. – Parce qu’à Tamu la frontière est mieux gardée, me répond-il, impossible de faire du commerce là-bas sans devoir payer les gardes. C’est sûr qu’à Rhi, le douanier avec qui j’ai bu une bière pendant que les pendulaires sautaient par dessus sa frontière ne m’a pas semblé être très méchant.

Rih, 20/02/2019
L’Inde est de l’autre côté du pont.

Mizoram – une région divisée sous les Britanniques

La frontière que je contemple et qui m’empêche d’aller plus loin (je n’ai pas les papiers pour entrer en Inde) n’est pas une délimitation très ancienne. La région toute entière est peuplée par ceux qui se font appeler Mizo, ou Zomi (littéralement mi=peuple; zo=montagne donc peuple des montagnes). Lorsque les Britanniques ont été contraints de séparer la Birmanie des Indes, ils ont utilisé ce cours d’eau comme nouvelle frontière. Ils auraient aussi bien pu officialiser le Mizoram (ou Zomia) en un état tampon entre les deux puissances historiques. Ils ont choisi de démarquer géographiquement les eaux qui se déversent vers le Golf du Bengale et celles qui s’en vont couler vers l’Irrawaddy, fleuve birman par essence. C’est ainsi que les peuples du Mizoram se sont retrouvés divisés entre deux nationalités: indiens à l’ouest, birmans à l’est.

A l’indépendance post-coloniale, les Mizo du côté indien ont crée l’Etat du Mizoram, alors que les Mizo du côté birman se sont alliés aux clans des autres montagnards voisins pour former ce qui deviendra l’Etat Chin.

Rhi'khawdar, 20/02/2019
Les Mizo portent une sorte de pagne dont les extrémités, contrairement au longgy birman, ne sont pas cousues.
Teddim, 20/02/2019
Ils s’appellent Mizo ou Zomi, ce qui littéralement veut dire peuples des montagnes.
Teddim, 21/02/2019
Tricoter en marchant.

Unification des clans des montagnards sous une même bannière.

Lors de l’indépendance de la Birmanie en 1947, le Général Aug San a réuni les différents groupes qui constituaient la Birmanie post-coloniale à la Conférence de Panglong. Les Shan, les Kachin et les peuples Chin y ont participé. L’accord signé le 12 février 1947 a permis la création de l’Union Birmane l’année suivante. Il y a été prévu que les principautés Shan se réunissaient en un Etat, et que les groupes Kachin en un autre Etat. Les différents peuples des montagnes Chin se réunissaient pour la première fois en une entité géographique.

Rhi'khawdar, 20/02/2019
Je n’ai pas réussi à savoir qui sont ces deux messieurs, mais j’ai cru comprendre qu’ils sont des dirigeants locaux.

Journée nationale Chin

Le territoire Chin regroupe notamment les peuples LaiMi, ZoMi, KhuMi, MiZo, Asho,… Il a été décidé que le 20 février serait le jour de fête nationale Chin, ceci dans le but de réunir ces différents clans de montagnards autour de la bannière du nouvel Etat Chin. Cette date commémore la première Conférence des Peuples Chin du 20 février 1948.

La première Journée nationale Chin a eu lieu le 20 février 1951 à Mindat (sud), le Premier ministre U Nu de l’Union de Birmanie y a participé. Par cette réunion des peuples des montagnes, les Chin tiennent à montrer qu’ils se distinguent des autres peuples qui forment l’Union de Birmanie (devenu Union du Myanmar).

Pour les puristes : en 1948 les Chin ne se contentent que d’une Division Spéciale sous l’autorité birmane, Falam en est le Chef-lieu. Ce n’est qu’en 1974 qu’ils ont obtiennent un Etat autonome dans le cadre de l’Union de Birmanie, Hakka devient alors la Capitale de l’Etat Chin.

Rih khwadar, 20/02/2019
Le lac Rhi avec au premier plan le terrain où j’ai assisté aux cérémonies de la fête nationale.
Rih, 20/02/2019
Au bord du lac Rhi. Très vite, l’attraction touristique a été… moi! le seul étranger à des kilomètres à la ronde. Je n’ai pas compté le nombre de personnes qui m’ont demandé de poser avec elles dans une interminable séance photo. Difficile à croire mais je fais très exotique là-bas.
Rih-khwadar, 20/02/2019
Ce jeune Mizo m’a proposé d’essayer l’habit traditionnel. J’ai invoqué mon trop grand respect pour leur culture afin d’échapper à cette séance de déguisement.
Rhi'khawdar, 20/02/2019
La journée nationale Chin est une fête populaire.

Mon film de 4 minutes sur la fête nationale Chin.

J’ai réuni dans ce petit film les images des spectacles populaires auxquels j’ai eu la chance d’assister à Falam et à Rhikhawdar en février 2019. Les danses, issues des divers clans, sont toutes différentes, certaines sont modernes alors que d’autres ont une histoire ancienne. Toutes ont la fonction de réunir le clan dans une transe.

Vous êtes autorisés à danser devant l’écran pendant le visionnaire de la séquence.

Certains mouvements rappellent le travail aux champs, alors que d’autres sont des allusions aux animaux que l’on chasse, comme le tigre ou les oiseaux.

Rhi'khawdar, 20/02/2019
Les Mizo évoluent en cercle autour d’un danseur qui imite des postures d’animaux, pendant la danse des coups de feu sont tirés.
Rih-khwadar, 20/02/2019
Les Mizo ou Zomi, comme tous autres peuples de ces montagnes sont des chasseurs.
Rih khwadar, 20/02/2019
La danse du bambou, fierté du peuple Mizo.
Rih khwadar, 20/02/2019
Rih-khwadar, 20/02/2019

J’ai rédigé un post spécial sur la danse du bamboo : Bamboo Dance

Mon voyage se poursuivra en retournant à Teddim puis je quitterai les montagnes du Pays Chin, redescendant dans la Plaine à Kalay où je vais retrouver des températures plus agréables, …


toutes les photos et vidéos ©Frédéric Alix, février 2019 à Falam, Teddim, et Rihkhawdar, (Myanmar, Chin State).

Catégories Inde, Myanmar - BirmanieÉtiquettes ,,,,,,

1 réflexion sur « Voyage en pays Chin – 3. Chin national Day »

  1. Un bien beau reportage Fred. De tres jolies photos aussi. Bravo et merci du partage.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close