Voyage en Pays Chin – 1. Hakka

précédemment : le regard d’un ange

Hakka, 15 février 2019

De la chaleureuse vallée isolée de Gangaw, la route grimpe dans la montagne et suit les crêtes. Enfin! je suis arrivé en Pays Chin.

Premier village Chin sur la route d’Hakka.

Comme rien n’est plat, les maisons des villages haut-perchés sont presque toutes construites sur des piliers. Sous la maison, c’est le vide, la pente de la montagne. Au centre de ces villages perchés se trouve une (ou plusieurs) églises. Il me reste encore 200 kilomètres jusqu’à Hakka.

Falam, 19/02/2019
Hakka, 15/02/2019
vue du même village, depuis le parvis de l’église
Chin State, 15/02/2019
Tambours sur le banc de l’église

Je poursuis ma route sur ma petite moto Honda, je trouve assez facilement de l’essence en bouteilles en plastique dans les villages pour ne pas tomber en panne sur cet interminable chemin de crête. J’arrive en début d’après-midi à Hakka, la plus grande ville de l’Etat Chin.

Hakka, 16/02/2019
Vue sur Hakka depuis la route qui vient de Gangaw, au sud-est.

Des clans isolés du reste du monde

On les appelle « Les Collines Chin » mais leur sommet culmine à 3200 mètres d’altitude. Pendant longtemps cette région montagneuse, géographiquement très isolée, n’intéresse ni les Birmans à l’est, ni les Indien à l’Ouest, ni les Arakanais installés plus au sud au bord du Golf du Bengale.

source : google map

A l’arrivée des colons britanniques, la région est incorporée à la division de l’Arakan. Le Mont Khonumtung, plus haut sommet de la région, est rebaptisé Mont Victoria. Dès 1890, les missionnaires américains commencent leur travail d’évangélisation. 

Le 20 février 1948, après le départ des colons britanniques et l’indépendance de la Birmanie, la région devient autonome, les différents clans, unis pour la première fois, prennent la nationalité Chin.

Par le passés, ces peuples des montagnes se menaient des guerres de clans. Cela explique, qu’aujourd’hui encore, il n’existe pas une seule langue Chin, mais une dizaine, et que les habits et les coutumes divergent d’une région à l’autre.

Le Sud et le Nord

En octobre 2017, je suis allé dans la région de Mindat, au sud de l’Etat Chin. Une météo terrible et l’absence de route bitumée dans cette région montagneuse m’avaient alors empêchés de continuer la route vers le nord de l’Etat où je me trouve aujourd’hui (février 2019).

Ne pouvant parler les langues Chin, je ne vais pas vous faire croire que j’ai remarqué que les gens parlent un autre idiome à Hakka qu’à Mindat. Mais je peux vous confirmer que si les églises de Mindat sont catholiques, dans la région de Hakka (et dans tous les nord de l’Etat Chin), elles sont pour la plupart protestantes.

Les missionnaires catholiques ont converti les animistes du sud à leur croyance alors que ce sont les évangélisateurs protestants (américains) qui se sont attaqués à la conversion des animistes du nord.

En 2014, la population de l’Etat Chin est inférieure à 500’000 habitants. C’est le seul état du Myanmar majoritairement chrétien (85%).

Hakka, 15/02/2019

La ville de Hakka est construite sur les deux versants de montagnes un peu moins pentues. Le centre est a une altitude de 1870 m. La ville est devenue capitale de l’Etat en 1968.

Hakka, 15/02/2019

Chez Monsieur Tanguy

A Mindat j’avais eu la chance de visiter la maison-musée de Monsieur Robert (petit-fils d’un Chamane) qui m’avait dit posséder la plus importante collection d’objets de culture chin. A Hakka, je serpente dans les rues en pente à la recherche de la maison de Monsieur Tanguy qui, lui-aussi, a réunit chez lui une importante collection.

Monsieur Tanguy est assis devant sa porte comme si il m’attendait. Tout de suite il me fait entrer, me présente à sa femme et sa fille avant de me montrer les nombreux objets qui font sa fierté.

Hakka, 15/02/2019
Monsieur Tanguy avec une coiffe permettant de loger une flèche.

Peuple de chasseurs

Les Chins ont une longue tradition de chasseurs qui s’est mélangée à des rituels animistes. On chasse pour se nourrir, et on demande pardon à l’animal au moment de sa mise à mort. Les trophées de chasse, crânes, cornes deviennent des totems.

Hakka, 15/02/2019
Hakka, 15/02/2019
Hakka, 15/02/2019
Le toucan est l’emblème de l’Etat Chin. Je n’en ai pas vu un seul vivant.

Monsieur Tanguy est un passionné. Il a rempli le sous-sol de sa maison d’arcs en bois ou en métal, de flèches, de tambours, d’ustensiles de cuisine, de colliers et parures et d’innombrables « trophées de chasse ». Objets hérités de sa famille mais aussi de ceux qu’il a collecté depuis plus de 30 ans: tous racontent le mode de vie des Chin, des chasseurs-cueilleurs animistes convertis au christianisme.

Au moment de partir, je veux payer ma visite et lui demande combien je peux lui donner. Il semble gêné et me dit que c’est à moi de voir. Je sors environ 3000 kyat, il me dit que 1000 suffiront.

Hakka, 15/02/2019
Hakka, 15/02/2019
Monsieur Tanguy me montre la traditionnelle jarre où l’on boit l’alcool à la paille de bambou (comme un peu partout en Asie du Sud-Est).
Hakka, 15/02/2019
Hakka, 15/02/2019
La forme traditionnelle des entrées étaient en ovale, les dessins colorés représentent l’appartenance à un groupe, et le toucan trône au-dessus du porche.
Hakka, 15/02/2019
Hakka, 16/02/2019
Les Chin n’étant pas birmans, ils ne portent pas le longgi. Les hommes portent une sorte de pagne rouge qu’ils accrochent sur une épaule. Ici, devant une église baptiste, deux jeunes me font une démonstration de combat traditionnel.
Hakka, 16/02/2019
bonjour

Le soir, alors que je cherche un endroit où manger, j’entends de très beaux chants dans l’église baptiste Grace. Je m’approche, on me fait signe d’entrer. Surprise! alors que je pensais être l’unique étranger à des kilomètres à la ronde, je vois trois pasteurs américains venus gospeler la bonne parole. Ils s’expriment en américain et sont traduits en langue locale. Je m’assieds discrètement sur un banc au fond. Les chansons sont magnifiques, mais les prêches me semblent agressifs, ils m’agacent et je m’éclipse en direction du restaurant. (voir la petite vidéo en-dessous)

ma petite vidéo de quelques moments passés dans l’église Grace Baptist de Hakka
Hakka, 16/02/2019
Entrée de la maison du Révérend Salomon Van Hré décédé il y a quelques années et reconverti en un musée.

Je trouve un peu par hasard la maison du Révérend Saloman Van Hre. Il s’agit d’une maison de style traditionnel tel qu’on en voit presque plus. Pour me laisser la visiter, on va chercher la clé chez les voisins.

Hakka, 16/02/2019
Hakka, 16/02/2019
Hakka, 16/02/2019
Imposantes portes en bois avec système de verrou dans la maison de feu le révérant Salomon.

Musée national

Je voulais absolument aller visiter le Musée National Chin. Contrairement aux collections privées de Tanguy ou du Révérant Salomon, il s’agit d’un musée d’Etat qui dépend de Naypidaw (capitale du Myanmar). Si leurs collections ne sont pas très impressionnantes, on y voit exposé les costumes des différents clans qui constituent la nationalité Chin.

J’y apprends que les langues Chin étaient uniquement orales jusqu’à l’arrivée des missionnaires chrétiens qui ont utilisé l’alphabet romain pour traduire la Bible en langue locale. Pau Cin Hau, leader religieux né à Teddim a inventé en 1902 un alphabet pour la langue de Teddim qui est utilisable pour les autres langues chin. Cet alphabet d’origine iconographique ne sera utilisé que pour quelques documents religieux jusque dans les années 1930.

Hakka, 16/02/2019
l’alphabet inventé par Pau Cin Hau
Hakka, 16/02/2019
Très rares sont les larges vallées, et cela ne fait pas partie de la culture Chin que d’y installer des villages.

Fête national dans quelques jours

Le 20 février 2019, tout l’Etat Chin célèbrera le 71ème anniversaire de son unité. Dans le stade communal on prépare le décor qui servira aux festivités, danses, et autres manifestations culturelles.

Hakka, 16/02/2019
Hakka, 16/02/2019

Dimanche 17 février au matin.

Je sors à la recherche d’un café. Mais tout est fermé le Jour du Seigneur. Je me résigne à quitter la ville sans avoir pu boire de café. A la sortie de Hakka, un restaurant est ouvert. Alleluia! Un des évangéliste que j’ai vu à Grace Baptist Church y prend son petit déjeuner. Je tente de lui dire bonjour mais il évite soigneusement de regarder dans ma direction. Il ferme les yeux et dans une gestuelle impressionnante, demande à Dieu « please bless the food ». Je ne pourrai pas échanger avec ce missionnaire américain. J’aurais voulu lui poser quelques questions, mais il ne faut pas forcer. Je reçois mon café et c’est la meilleure bénédiction.

Après deux jours dans la région de Hakka, je continue ma route pour Falam à 50 kilomètres plus au nord, environ 3 heures de route sur les crêtes.

Hakka, 15/02/2019
L’Etat Chin est fait de chemins de crêtes.

Le texte, les photos et la vidéo de © Frédéric Alix, février 2019 dans la région de Hakka, Etat Chin, Myanmar. – Carte : google map


A lire aussi:

Les femmes au visage tatoué de l’Etat Chin

Voyage en Pays Chin (Mindat)

Gangaw, j’ai croisé le regard d’un ange

Catégories Myanmar - BirmanieÉtiquettes ,,,,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close